Toute la vie est un yoga. Par ce yoga intégral, nous ne cherchons pas seulement l'Infini: nous appelons l'Infini à se révéler lui-même dans la vie humaine. Sri Aurobindo LE FARDEAU DE L'HUMANITÉ

SRI AUROBINDO
. . YOGA INTÉGRAL


Les négations de Dieu sont aussi utiles pour nous que Ses affirmations. Sri Aurobindo
.............................................................................................................................................................................................................Affichage dynamique

C'est le Supramental qu'il nous faut faire descendre, manifester, réaliser.

LE FARDEAU DE L'HUMANITÉ


Nous avons connu des souffrances et des luttes auprès des­quelles les vôtres ne sont que jeux d'enfants; je n'ai pas aligné nos cas sur les vôtres. J'ai dit que l'Avatâr est celui qui vient ou­vrir le Chemin pour l'humanité vers une conscience plus haute — si personne ne peut suivre le Chemin, alors ou bien notre conception de la chose, qui est également celle du Christ et de Krishna et du Bouddha, est tout du long une erreur, ou bien la vie et l'action de l'Avatâr sont entièrement et parfaitement vaines. X semble dire qu'il n'y a pas moyen de suivre, que ce n'est pas possible, que les luttes et les souffrances de l'Avatâr sont irréelles, que c'est de la blague — qu'il n'y a pas de possi­bilité de lutte pour celui qui représente le Divin. Une telle conception rend absurde toute l'idée de la qualité d'Avatar qui n'a par suite pas de raison d'être, pas de nécessité, pas de sens. Le Divin étant tout-puissant peut soulever les gens sans se soucier de descendre sur terre. C'est seulement s'il est com­pris dans l'arrangement universel qu'Il doive prendre sur Lui le fardeau de l'humanité et ouvrir le Chemin que la condition d'Avatâr a un sens.                                                                                               7-3-1935
                                                                                                                                                                                                       
Vous dites que ce chemin est trop difficile pour vous et vos semblables, et que seuls des "Avatars" comme moi-même et la Mère peuvent le prendre. C'est un étrange malentendu; car au contraire, c'est la voie la plus facile et la plus simple et la plus directe, et n'importe qui peut la prendre, s'il calme son men­tal et son vital; même ceux qui n'ont qu'un dixième de votre capacité le peuvent. C'est l'autre voie — de tension, de pression et d'effort pénible — qui est difficile et requiert une grande force de tapasyâ. Quant à la Mère et à moi, il nous a fallu essayer tous les chemins, suivre toutes les méthodes, vaincre des mon­tagnes de difficultés, porter un fardeau considérablement plus lourd que vous-même ou quiconque à l'Ashram ou à l'extérieur n'en avez porté, supporter des conditions beaucoup plus diffi­ciles, livrer des combats, endurer des blessures, nous frayer des chemins à travers des marécages, des déserts et des forêts impénétrables, conquérir des masses hostiles — un travail tel, j'en suis certain, que nul, avant nous, n'avait jamais dû en ac­complir. Car le Guide sur le Chemin, dans un travail comme le nôtre, doit non seulement faire descendre et représenter et incarner le Divin, mais représenter aussi l'élément de l'humanité et porter le fardeau entier de l'humanité et éprouver non en un simple jeu, une lîlâ, mais le plus sérieusement du monde toute l'obstruction, toute la difficulté, toute l'opposition, tout le labeur contrarié, entravé et seulement peu à peu couronné de succès qui se présentent sur le Chemin. Mais il n'est ni né­cessaire, ni tolérable que tout cela soit entièrement répété dans l'expérience des autres. C'est parce que nous avons l'expérience complète que nous pouvons montrer aux autres une route plus droite et plus facile — si seulement ils consentent à la prendre. C'est à cause de notre expérience, qui a été payée un prix exorbitant, que nous pouvons vous encourager ainsi, vous et les autres : "Prenez l'attitude psychique; suivez tout droit la voie ensoleillée, le Divin vous soutenant ouvertement ou secrète­ment — si c'est secrètement, Il se montrera quand même en temps voulu —, n'insistez pas sur le côté pénible et difficile, plein d'entraves et de détours, du voyage."                                                                                                                                5.5.1932                                                                                  

Sri Aurobindo "Letters on Yoga".                                                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                      

                                                                                                                                                                                                                         

Aucun commentaire:

VISITES

Membres

Pour recevoir les publications vous pouvez devenir membre (ci-dessus) ou vous abonner en cliquant sur le lien:
S'abonner à SRI AUROBINDO - YOGA INTÉGRAL