Toute la vie est un yoga. Par ce yoga intégral, nous ne cherchons pas seulement l'Infini: nous appelons l'Infini à se révéler lui-même dans la vie humaine. Sri Aurobindo L'évolution de la Vie dans la matière

SRI AUROBINDO
. . YOGA INTÉGRAL


Les négations de Dieu sont aussi utiles pour nous que Ses affirmations. Sri Aurobindo
.............................................................................................................................................................................................................Affichage dynamique

C'est le Supramental qu'il nous faut faire descendre, manifester, réaliser.

L'évolution de la Vie dans la matière


L'évolution de la Vie dans la matière implique une involution préalable de la Vie dans la matière, à moins que nous ne supposions que la Vie est une création nouvelle introduite en la Nature par magie inexplicablement. Dans ce cas, il faudrait qu'elle fût : ou bien une création sortie de rien, ou bien un résultat d'opérations matérielles dont rien ne rend compte — rien qui appartient à ces opérations elles-mêmes, ni à aucun de leurs éléments qui soient de nature analogue ; ou encore, comme on peut aussi le concevoir, elle pourrait être une descente d'en haut, de quelque plan supraphysique au-dessus de l'univers matériel. Les deux premières suppositions peuvent être écartées comme des conceptions arbitraires ; la dernière explication est plausible : il est parfaitement concevable — et même, si l'on envisage les choses du point de vue occulte, il est parfaitement vrai — qu'une pression venue de quelque plan de Vie supérieur au monde matériel ait aidé à l'émergence de la vie dans notre univers. Mais cela n'exclut pas que le mouvement premier et nécessaire ne doive être l'émergence de la Vie hors de la Matière même ; car l'existence d'un monde de Vie ou d'un plan de Vie supérieurs au monde matériel ne conduit pas de soi-même à l'émergence de la Vie dans la matière, à moins que ce plan de Vie n'existe comme un stade créateur de formes dans une descente de l'Être en l'Inconscience par plusieurs degrés ou pouvoirs de lui-même, avec ce résultat qu'il s'involue de lui-même, avec tous ces pouvoirs, dans la Matière, en vue d'une évolution, d'une émergence ultérieures. Que les signes de cette vie submergée soient découvrables, non organisés encore ou rudimentaires, dans les choses matérielles, ou qu'il n'y ait point de tels signes parce que cette Vie involuée est en plein sommeil, c'est une question secondaire. L'Énergie matérielle qui agrège, forme et désagrège (1) est la même Puissance, à un autre degré, que l'énergie de Vie qui s'exprime dans la naissance, la croissance et la mort, tout comme, en faisant les oeuvres de l'Intelligence. en sa subconscience somnambulique, elle se révèle être cette même Puissance qui, à un autre degré encore, atteint l'état de Mental ; son caractère même montre, qu'elle contient en elle — mais non encore en leur organisation et processus caractéristiques — les pouvoirs non encore libérés du Mental et de la Vie.

    La Vie se révèle donc comme essentiellement la même partout, de l'atome à l'homme, l'atome contenant la substance et le mouvement d'être subconscients qui sont libérés sous forme de conscience dans l'animal, la vie végétale étant un stade intermédiaire dans l'évolution. La Vie est en réalité une opération universelle de la Force-Consciente agissant subconsciemment sur la Matière et en elle ; elle est l'opération qui crée, maintient, détruit et recrée des formes ou corps, et qui essaie, par un jeu de force nerveuse, c'est-à-dire par des courants réciproques d'énergie stimulatrice, d'éveiller en ces corps la sensation consciente. En cette opération, il y a trois stades : l'inférieur, où la vibration est encore dans le sommeil de la Matière, entièrement subconsciente au point de sembler complètement mécanique; l'intermédiaire, où elle devient capable d'une réponse encore sub-mentale, niais à la limite de ce que nous appelons conscience ; et la supérieure, où la vie fait apparaître la mentalité consciente sous la forme d'une sensation mentalement perceptible qui, dans la transition, devient la base du développement du mental sensoriel et de l'intelligence. C'est dans le stade moyen que nous saisissons l'idée que la Vie est distincte de la Matière et du Mental, mais en réalité, elle est la même en tous les stades, toujours un moyen terme entre le Mental et la Matière, constituant de la Matière, imprégné du Mental. Elle est Une opération de la Force-Consciente qui n'est ni le fait de donner forme à la substance, ni le jeu du mental avec la substance et la forme comme objet d'appréhension ; elle est plutôt une dynamisation de l'être conscient qui est cause et soutien de la formation de substance, qui est aussi source et soutien intermédiaires de l'appréhension  mentale consciente. La Vie, en tant que cette dynamisation intermédiaire (l'être conscient, libère en action et réaction sensibles une forme de la force d'existence créatrice qui œuvrait absorbée en sa propre substance ; elle soutient et libère en action la conscience d'existence appréhensive, appelée mental, et lui donne un appareil dynamique afin qu'elle puisse agir non seulement sur ses propres formes, mais sur les formes de la vie et de la matière ; agissant comme intermédiaire, elle relie et soutient le mental et la matière dans leurs rapports usuels. Le moyen de ce commerce entre eux, la Vie le fournit par les courants continuels de son énergie nerveuse pulsatoire qui apportent la force de la forme en tant que sensation afin de modifier le Mental, et ramènent la force du Mental en tant que volonté afin de modifier la Matière. C'est donc cette énergie nerveuse que nous entendons généralement quand nous parlons de la Vie ; c'est le prâna ou Force de vie de la classification indienne. Mais l'énergie nerveuse n'est que la forme qu'elle prend dans l'être animal ; la même énergie prânique est présente en toutes formes, jusqu'en l'atome même puisqu'elle est partout la même en essence, puisqu'elle est partout la même opération de la force-Consciente —la Force soutenant et modifiant l'existence substantielle de ses propres formes, la Forces avec les sens et le mental secrètement actifs mais d'abord involués dans la forme et se préparant à émerger, puis enfin émergeant de leur involution. Tel est le sens intégral de la Vie omniprésente qui a manifesté l'univers matériel et l'habite.



 (1) La naissance, la croissance et la mort de la vie sont, en leur aspect extérieur, le même processus d'agrégation, de formation et de désagrégation — bien que, dans leur processus et leur signification intérieurs. elles soient plus encore. Même l'animation d'un corps par l'être psychique — si la vue occulte de cet choses est juste — suit un processus extérieur analogue, car l'âme en tant que noyau, pour naître attire à soi et s'agrège les éléments de ses gaines mentales, vitales et physiques et de leurs contenus, accroit pendant la vie ces formations, et en son départ abandonne et désagrège de nouveau ces agrégats, retirant en soi ses puissances intérieures, jusqu'à ce que, en une nouvelle naissance, elle recommence le processus originel.


Sri Aurobindo, LA VIE DIVINE, T.1,  chp. 19 La Vie


Aucun commentaire:

VISITES

Membres

Pour recevoir les publications vous pouvez devenir membre (ci-dessus) ou vous abonner en cliquant sur le lien:
S'abonner à SRI AUROBINDO - YOGA INTÉGRAL