Toute la vie est un yoga. Par ce yoga intégral, nous ne cherchons pas seulement l'Infini: nous appelons l'Infini à se révéler lui-même dans la vie humaine. Sri Aurobindo La nouveauté de ce yoga

SRI AUROBINDO
. . YOGA INTÉGRAL


Les négations de Dieu sont aussi utiles pour nous que Ses affirmations. Sri Aurobindo
.............................................................................................................................................................................................................Affichage dynamique

C'est le Supramental qu'il nous faut faire descendre, manifester, réaliser.

La nouveauté de ce yoga



— Je n'ai pas dit que mon yoga était quelque chose de parfaitement neuf dans tous ses éléments. Je l'ai appelé le yoga intégral, et cela signifie qu'il reprend l'essence et beaucoup des procédés des anciens yogas. Ce qu'il y a de nouveau en lui, c'est son but, son point de vue et la totalité de sa méthode. Aux premiers stades — et c'est tout ce dont je traite dans L'énigme de ce monde et dans Le guide du yoga — il ne comporte rien qui le distingue des anciens yogas excepté le but que l'on découvre sous son caractère de totalité ; l'esprit qui anime ses mouvements et la signification ultime qu'il garde toujours présente — également la structure de sa psychologie et la façon dont elle opère ; mais comme tout cela n'a pas été — et ne pouvait pas être — développé systématiquement ou schématiquement dans ces lettres, cela n'a pas été saisi par ceux qui n'ont pas déjà acquis avec lui une certaine familiarité mentale ou n'en ont pas une certaine pratique. Je n'ai pas encore rendu publics le détail et la méthode des stades ultérieurs du yoga qui conduisent dans des régions peu connues ou inexplorées — et je n'ai pas pour le moment l'intention de le faire.

    Je sais fort bien aussi qu'il a existé des idéals et des anticipations qui lui semblent apparentés : la perfectibilité de la race, certaines sâdhanâs tantriques, la recherche par certaines écoles

yoguiques d'une siddhi physique complète, etc. J'y ai moi-même fait allusion et j'ai exprimé l'opinion que le passé spirituel de notre race avait été une préparation de la Nature non seulement pour atteindre le Divin au-delà du monde, mais aussi pour ce pas en avant que l'évolution de la conscience terrestre a encore à faire. Je ne m'inquiète donc pas le moins du monde de savoir si notre yoga, son but ou sa méthode sont ou ne sont pas admis comme étant nouveaux — bien que ces idéals aient été dans une certaine mesure parallèles au mien, mais non identiques ; cela est en soi sans importance. La seule chose qui compte est qu'il soit reconnu comme vrai en soi par ceux qui peuvent l'accepter ou le pratiquer, et qu'il se rende lui-même vrai par sa propre réalisation ; peu importe qu'on l'appelle nouveau, ou répétition ou renouveau de l'ancien yoga qui avait été oublié. J'ai insisté sur la nouveauté de ce yoga dans une lettre à certains sâdhaks pour leur expliquer qu'à mes yeux une répétition du but et de l'idée de l'ancien yoga ne suffisait pas, que je mettais en avant une chose à accomplir qui n'avait pas encore été accomplie, pas encore clairement visualisée, bien qu'elle soit une conséquence naturelle, mais encore secrète, de tout l'effort spirituel passé.

    Par comparaison avec les anciens yogas, ce yoga-ci est nouveau :



          (1) parce qu'il ne vise pas à nous faire sortir du monde et de la vie pour nous conduire au ciel ou au nirvâna, mais qu'il se propose une transformation de la vie et de l'existence, non pas incidemment ou à titre subordonné, mais comme but central et distinct. S'il y a dans d'autres yogas une descente, elle n'y est qu'un épisode sur la route ou un résultat de l'ascension — c'est cette dernière qui est la chose vraie. Ici la montée est le premier pas, mais elle est un moyen pour amener la descente. C'est la descente de la conscience nouvelle atteinte par l'ascension qui donne à la sâdhanâ sa confirmation et son sceau. Même le Tantra et le Vishnouïsme aboutissent à libérer de la vie; ici le but est le divin accomplissement de la vie ;



         (2) parce que le but recherché n'est pas l'obtention individuelle de la réalisation divine pour le profit de l'individu, mais quelque chose à gagner pour la conscience terrestre ici-bas, un accomplissement cosmique et non seulement supra-cosmique. Ce qu'il y a à gagner aussi, c'est l'obtention d'un Pouvoir de conscience (le Supramental) qui n'est pas encore organisé ni directement actif dans la nature terrestre ou même dans la vie spirituelle, mais qui reste à organiser et à rendre directement actif ;



         (3) parce qu'il a été préconisé pour atteindre cet objectif une méthode qui est aussi totale et intégrale que le but proposé, c'est-à-dire la transformation totale et intégrale de la conscience et de la nature, en utilisant les anciennes méthodes, mais seulement pour une partie de l'action et comme aide temporaire à d'autres méthodes qui lui appartiennent en propre. Je n'ai pas trouvé que dans les yogas on ait enseigné ou pratiqué cette méthode dans son ensemble, ni rien d'analogue. Si tel avait été le cas, je n'aurais pas perdu mon temps à frayer des chemins et passé trente années en recherches et en création intérieure alors que j'aurais pu me hâter de revenir à mon but, en toute sécurité, en trottant tout tranquillement sur des sentiers déjà tracés, dégagés, parfaitement relevés, goudronnés, sûrs et ouverts au public.

    Notre yoga n'est pas la répétition de vieilles promenades, mais une aventure spirituelle.



Sri Aurobindo, Lettres sur le Yoga I, (I, 27-29)


Aucun commentaire:

VISITES (Avertissement: le protocole HTTPS ne permet plus d'afficher ce module)


Membres (Avertissement: le protocole HTTPS ne permet plus d'afficher ce module)

Pour recevoir les publications vous pouvez devenir membre (ci-dessus) ou vous abonner en cliquant sur le lien:
S'abonner à SRI AUROBINDO - YOGA INTÉGRAL