Toute la vie est un yoga. Par ce yoga intégral, nous ne cherchons pas seulement l'Infini: nous appelons l'Infini à se révéler lui-même dans la vie humaine. Sri Aurobindo L'action de la Révolution française

SRI AUROBINDO
. . YOGA INTÉGRAL


Les négations de Dieu sont aussi utiles pour nous que Ses affirmations. Sri Aurobindo
.............................................................................................................................................................................................................Affichage dynamique

C'est le Supramental qu'il nous faut faire descendre, manifester, réaliser.

L'action de la Révolution française

L'action de la Révolution française fut la danse macabre et terrible de Kâli[1], piétinant aveuglément, dans sa fureur, les ruines qui étaient Sa propre oeuvre, ivre de pitié pour le monde et par conséquent, impitoyable au dernier degré. Elle appela en elle le secours de la Yatudhani[2] et invoqua la Rakshasi[3]. La Yatudhani est le délice de la destruction, la fureur du massacre, Rudra[4] dans l'Etre Universel, Rudra qui se sert du Bhuta[5], le criminel, le maître de l'animal en l'homme, le seigneur du démoniaque, Pashupati, Pramathanatha. La Rakshasi est l'affirmation de soi de l'ego, effrénée et licencieuse, qui exige la satisfac­tion de tous ses instincts, bons et mauvais, et qui brise furieusement toute opposition. C'est la Yatudhani et la Rakshasi qui lancèrent leur cri rauque à travers toute la France, ajoutant au lumineux Mantra « Liberté, Égalité, Fraternité », le sombre et terrible additif « ou la mort ». Mort à l'Asura[6] , mort à tous ceux qui s'opposent à l'évolution de Dieu, tel en était le sens. Avec ces deux terribles Shakti[7], Kâli fit Son oeuvre. Elle voila Sa connaissance divine dans les ténèbres de la colère et de la passion, Elle but le sang comme un vin; nue de toute tradition et convention, Elle dansa d'un bout à l'autre de l'Europe et le continent entier s'emplit du cri de la guerre et du carnage, résonnant du hunkara[8] et du attahasyam[9]. C'est seulement quand Elle s'aperçut qu'Elle piétinait Mahadeva[10], Dieu exprimé dans le principe du natio­nalisme, qu'Elle se ressaisit, rejeta Napoléon, le puis­sant Rakshasa[11] , et s'attela tranquillement à son travail : parfaire la nationalité comme la coque extérieure au-dedans de laquelle la fraternité put être organisée en toute sécurité et à grande échelle. 
 
Sri Aurobindo
L'Heure de Dieu et autres écrits, La révolution française 

[1] Kâli : L'aspect de destruction et de transformation de La Mère Divine.
[2]Yatudhani : Démone et sorcière.
[3] Rakshasi : Pouvoir titanesque féminin.
[4] Rudra : Nom attribué au Divin en tant que Maître de l'évolution par la violence et la bataille. Dans la Trinité divine : Brahmâ — Vishnou — Shiva (Création — Conservation — Destruction), il est l'expression du processus de destruction.
[5] Bhuta : Désigne ici un pouvoir ou esprit élémentaire.
[6] Asura : Force démoniaque du monde mental.
Les asuras sont en réalité la face obscure du mental, ou plus strictement du plan mental vital. Ce mental est le champ d'action propre des asuras. Ils sont surtout caractérisés par la force et la lutte égoïstes qui refusent la loi supérieure. L'asura possède la maîtrise de soi, le tapas et l'intelligence, mais tout cela à l'usage de son ego. Sur le plan vital inférieur, nous appelons les forces correspondantes les râkshasas, qui représentent les passions et les influences violentes. Sur le plan vital, il y a encore d'autres espèces d'êtres qu'on appelle les pishâchas et les pramathas. Ils se manifestent plus ou moins dans le physico-vital. Sur le plan physique, les forces correspondantes sont des êtres obscurs, des forces plus que des êtres, ce que les théosophes appellent les élémentaux. Ce ne sont pas des êtres fortement individualisés comme les râkshasas et les asuras, mais des forces ignorantes et obscures qui travaillent dans le plan physique subtil. Ce qu'en sanskrit nous appelons les bhûtas entre généralement dans cette catégorie. Mais il y a deux espèces d'élémentaux, les uns maléfiques, les autres non.(Sri Aurobindo, Lettres sur le Yoga, vol. 2)
[7] Shakti : Énergie, force, volonté, pouvoir du Suprême s'exprimant dans la Nature.
[8] Hunkara : Le son « hum », syllabe mantrique d'un grand pouvoir.
[9] Attahasyam : Le rire retentissant qui se gausse de la défaite, de la mort, des pouvoirs de l'ignorance.
[10] Mahadeva : « La Suprême Divinité », autre nom donné à Shiva.
[11] Rakshasa: Pouvoir titanesque masculin. De même qu'il y a des Puissances de Connaissance ou des Forces de la Lumière, de même il y a des Puissances d'Ignorance et de ténébreuses Forces d'obscurité dont la tâche est de prolonger le règne de l'Ignorance et de l'Inconscience. De même qu'il y a des Forces de Vérité, de même il y a des Forces qui vivent par la Fausseté, la soutiennent et travaillent à sa victoire. De même qu'il y a des Pouvoirs dont la vie est intimement liée à l'existence, à l'idée et à l'impulsion du Bien, de même il y a des Forces dont la vie est liée à l'existence, à l'idée et à l'impulsion du Mal. C'est cette vérité de l'Invisible cosmique que symbolisait l'antique croyance en une lutte entre les puissances de Lumière et de Ténèbres, de Bien et de Mal, pour la possession du monde et la domination de la vie de l'homme. C'est la signification du combat entre les Dieux védiques et leurs adversaires, fils des Ténèbres et de la Division, que figurent dans une tradition ultérieure les Titans, les Géants et les Démons, asuras, râkshasas, pishâchas. On trouve la même tradition dans le double Principe de Zoroastre et, plus tard, dans l'opposition sémitique, Dieu et ses anges d'un côté, Satan et ses cohortes de l'autre. (Sri Aurobindo, LA VIE DIVINE, p895 sq)

Aucun commentaire:

VISITES

Membres

Pour recevoir les publications vous pouvez devenir membre (ci-dessus) ou vous abonner en cliquant sur le lien:
S'abonner à SRI AUROBINDO - YOGA INTÉGRAL