Toute la vie est un yoga. Par ce yoga intégral, nous ne cherchons pas seulement l'Infini: nous appelons l'Infini à se révéler lui-même dans la vie humaine. Sri Aurobindo SRI AUROBINDO - YOGA INTEGRAL: Conditions d'utilisation

SRI AUROBINDO
. . YOGA INTÉGRAL


Les négations de Dieu sont aussi utiles pour nous que Ses affirmations. Sri Aurobindo
.............................................................................................................................................................................................................Affichage dynamique

C'est le Supramental qu'il nous faut faire descendre, manifester, réaliser.

Conditions d'utilisation


 Présentation du blog 

par Sylvère


- Sri Aurobindo et son Yoga Intégral ,
pour permettre de découvrir ou d'approfondir l’œuvre et l'enseignement de Sri Aurobindo, ce grand révolutionnaire de la Conscience, de la spiritualité et de l'avenir de la Terre, pour qui "l'homme est un être de transition"
Parmi les nombreux écrits qu'il a légués à l'humanité, quelques textes essentiels extraits de son œuvre pour éclairer et guider le chercheur sur la voie du Yoga Intégral. 
Les textes ici sont tels qu'ils sont dans leur fidèle traduction, dans toute leur authenticité, sans interprétation ni commentaire, restituant la connaissance spirituelle et l'enseignement de Sri Aurobindo tel qu'il les a transmis pour guider le chercheur vers la vie divine et la connaissance supramentale.

 L'option traduction l'est à titre indicatif. Elle vise à faire connaître l’œuvre de Sri Aurobindo vers tous les peuples de la Terre. Cette traduction n'est pas sous la responsabilité de l'auteur du site et  ne saurait en aucun cas remplacer la traduction officielle de l’œuvre de Sri Aurobindo de l'anglais vers de nombreuses langues tel qu'effectuée de façon pertinente et professionnelle par  http://www.sabda.in (ouvrages disponibles dans de nombreuses traductions).



 
Avertissement:
Les textes présentés ici sont extraits de l’œuvre de Sri Aurobindo et ne sauraient suppléer à la lecture complète des ouvrages de Sri Aurobindo. Tout extrait est à restituer dans son contexte, et chaque extrait est à restituer dans l’œuvre magistrale de Sri Aurobindo dans son intégralité et sa globalité.
NB: L'oeuvre de Sri Aurobindo est distribuée par SABDA, l'éditeur de l'Ashram de Sri Aurobindo:  http://www.sabda.in

24 commentaires:

Marie-Pascale Thirion-Tzannès a dit…

Bonjour,

J'aimerais bien que vous m'expliquiez ce qu'il est entendu par "Yoga intégral".
Il est important pour moi de comprendre la signification des deux mots et le sens qu'il en résulte quand ils sont employés ensemble.

Merci d'avance
M.P. Tzannès

ÉVOLUMIÈRE a dit…

•Notre yoga a pour but l'union consciente avec le Divin dans le supramental et la transformation de la nature. Les yoga ordinaires vont droit du mental à un certain état sans forme du silence cosmique, et à travers cet état essaient de disparaître en s'élevant dans le Très-Haut. Le but de notre yoga est de transcender le Mental et d'entrer dans la Vérité divine du Satchidânanda qui n'est pas seulement statique mais dynamique, et d'élever l'être tout entier jusqu'à cette vérité.
Sri Aurobindo YOGA, Lettres sur le Yoga,INTÉGRAL ET AUTRES SENTIERS

ÉVOLUMIÈRE a dit…

•Je n'ai jamais dit que mon yoga était quelque chose de tout neuf dans tous ses éléments. Je l'ai appelé
le yoga intégral et cela signifie qu'il reprend l'essence des anciens yoga et beaucoup de leurs procédés – sa nouveauté réside dans son but, son point de vue et la totalité de sa méthode. Dans les premiers stades, dont je traite dans des livres comme "l'Énigme" ou les "Lumières", ou dans le nouveau livre qui va être publié, il n'y a rien qui le distingue des anciens yoga sauf le but qui détermine son caractère global, l'esprit de ses mouvements et la signification ultime qu'il garde devant lui –et aussi le schéma de sa psychologie et de ses méthodes, mais comme cela n'a pas été et ne pouvait pas être développé systématiquement ou schématiquement dans ces lettres, ceux qui ne sont pas familiarisés avec lui par le mental ou par une certaine pratique ne l'ont pas saisi. Quant aux détails ou à la méthode des stades ultérieurs du yoga qui s'avancent dans des régions peu connues ou inexplorées, je ne les ai pas rendus publics et n'ai pas actuellement l'intention de le faire.
Sri Aurobindo YOGA, Lettres sur le Yoga,INTÉGRAL ET AUTRES SENTIERS

ÉVOLUMIÈRE a dit…

•Je sais très bien aussi qu'il a existé des idéaux et des anticipations apparemment similaires – la perfectibilité de l'espèce, certaines sâdhanâ tantriques,
la recherche d'une siddhi physique complète par certaines écoles de yoga, etc. J'y ai fait allusion moi-même et j'ai émis l'opinion que le passé ,spirituel de l'espèce a été une préparation de la Nature, non seulement pour atteindre le Divin au-delà du monde, mais aussi en vue de ce même pas en avant que doit encore accomplir l'évolution de la conscience terrestre. Il m'est en conséquence parfaitement indifférent – même en dépit du fait que ces idéaux étaient jusqu'à un certain point parallèles au mien, et cependant n'étaient pas identiques – que mon yoga, ses objectifs et sa méthode soient reconnus comme .nouveaux ou non; en soi, c'est une question mineure. Qu'il soit reconnu comme vrai en lui-même par ceux qui peuvent l'accepter ou le pratiquer, et que sa vérité soit démontrée par son résultat est la seule chose qui compte; peu importe qu'il soit qualifié de nouveauté ou de répétition ou de renaissance d'un ancien yoga oublié. J'ai insisté sur sa nouveauté dans une lettre à certains sâdhak pour leur expliquer qu'une répétition du but et de l'idée des anciens yoga n'était pas suffisante à mes yeux, que je proposais une chose à accomplir qui n'avait encore jamais été accomplie, ni même clairement visualisée, même si elle est le produit naturel, mais encore secret, de tout l'effort spirituel passé.
Sri Aurobindo YOGA, Lettres sur le Yoga,INTÉGRAL ET AUTRES SENTIERS

ÉVOLUMIÈRE a dit…

•[Ce yoga intégral]Il est nouveau, par rapport aux anciens yoga:
(1) Parce qu'il a pour but non l'abandon du monde et de la vie pour le Paradis ou le Nirvâna, mais un changement de la vie et de l'existence, non comme quelque chose de subsidiaire et d'accidentel, mais comme un objectif distinct et central. S'il y a une descente dans les autres yoga, ce n'est qu'un incident sur le chemin ou un résultat de l'ascension – l'ascension est la vraie chose. Ici l'ascension est le premier pas, mais elle est un moyen d'obtenir la descente. C'est la descente de la nouvelle conscience atteinte par l'ascension qui est la marque et le sceau de la sâdhanâ. Même le Tantra et le vishnouïsme se terminent dans une libération de la vie; ici l'objectif est l'accomplissement divin de la vie.
(2) Parce que le but poursuivi n'est pas l'accomplissement individuel de la réalisation divine pour l'individu, mais quelque chose qui doit être gagné pour la conscience terrestre ici même, et non pas seulement un accomplissement supra-cosmique. Ce qui doit être gagné, c'est aussi la venue d'un Pouvoir de Conscience (le supramental) qui n'est pas encore organisé ou actif dans la nature terrestre, pas même dans la vie spirituelle, mais qui doit être organisé et rendu directement actif.
(3) Parce qu'une méthode a été préconisée, pour atteindre cet objectif, qui est aussi totale et intégrale que le but qui lui est assigné, c'est-à-dire le changement total et intégral de la conscience et de la nature, reprenant les anciennes méthodes, mais seulement comme une action partielle et une aide présente pour d'autres qui en sont distinctes. Je n'ai pas trouvé cette méthode (dans son ensemble) ni rien de semblable qui ait été professé ou réalisé dans les anciens yoga. Si cela avait été le cas, je n'aurais pas perdu mon temps à tracer une route et passé trente ans en recherches et en création intérieures alors que j'aurais pu trotter en toute sécurité vers mon but par des sentiers déjà tracés, codifiés, parfaitement relevés, macadamisés, rendus sûrs et publics. Notre yoga ne retrace pas les anciens chemins, c'est une aventure spirituelle.
Sri Aurobindo YOGA, Lettres sur le Yoga,INTÉGRAL ET AUTRES SENTIERS

ÉVOLUMIÈRE a dit…

•La différence fondamentale est dans l'enseignement qu'il existe une Vérité divine dynamique (le supramental) et que dans le monde actuel d'Ignorance cette Vérité peut descendre, créer une nouvelle Conscience-de-Vérité et diviniser la Vie. Les anciens yoga vont droit du mental au Divin absolu, considérant toute existence dynamique comme une Ignorance, une Illusion ou une Lîlâ; quand vous entrez dans la Vérité divine statique et immuable, disent-ils, vous sortez de l'existence cosmique.

•Union divine, oui – mais pour les écoles ascétiques c'était l'union avec le Brahman sans forme, l'Inconnaissable au-delà de l'existence ou, s'il s'agissait de l’Ishwara, c'était tout de même l'Îshwara dans une conscience supracosmique. De ce point de vue l'aphorisme de Patanjali (Yogastchittavrittinirôdhah) est assez fondé. Quand il dit yoga, il entend le processus du yoga, l'objectif qui doit être gardé présent à l'esprit dans le processus – car par la cessation de chittavritti on entre en samâdhi et le samâdhi est le seul moyen de s'unir exclusivement et complètement avec le Brahman au-delà de l'existence.


•Dans les yoga d'autrefois, ce que l'on cherchait, c'était l'expérience de l'Esprit, qui est toujours libre et un avec Divin. Il suffisait que la nature changeât assez pour cesser d'être un obstacle à cette connaissance et à cette expérience. La transformation complète, y compris celle du physique, n'a été cherchée que par un petit nombre, et encore la cherchait-on comme une siddhi plutôt qu'autre chose, non comme la manifestation d'une Nature nouvelle dans la conscience terrestre.

•Il y a beaucoup de plans au-dessus du mental de l'homme – le supramental n'est pas le seul, et sur chacun d'eux le Moi peut être réalisé – car ce sont tous des plans spirituels.
Le mental, le vital et le physique ne sont inextricablement mêlés que dans la conscience de surface – le mental intérieur, le vital intérieur, le physique intérieur sont séparés. Ceux qui cherchent le Moi par les anciens yoga se séparent du mental, de la vie et du corps et réalisent le moi de tout cela comme séparé du reste. Il est très facile de séparer le mental, le vital et le physique entre eux sans l'aide du supramental. Cela se fait par les yoga ordinaires. La différence entre notre yoga et les anciens yoga n'est pas qu'ils sont incompétents et ne peuvent pas le faire – ils le peuvent parfaitement – mais qu'ils vont de la réalisation du Moi jusqu'au Nirvâna ou à quelque Paradis et abandonnent la vie, alors que le nôtre n'abandonne pas la vie. Le supramental est nécessaire à la transformation de la vie et de l'être terrestres, non pour atteindre le Moi. On doit réaliser le Moi d'abord, et ce n'est qu'ensuite qu'on peut réaliser le supramental.

•On peut sentir les expériences de n'importe quelle sâdhanâ comme une partie de celle-ci.
Sri Aurobindo YOGA, Lettres sur le Yoga,INTÉGRAL ET AUTRES SENTIERS

ÉVOLUMIÈRE a dit…


•Le sâdhak du yoga intégral doit se souvenir que toutes les Écritures, si grande soit leur autorité, si large soit leur esprit, ne sont et ne peuvent être rien autre qu'une expression partielle de la Connaissance éternelle. Il se servira de l'Écriture mais ne se laissera jamais lier par elle, quelle que soit sa grandeur. Dans la mesure où elle est profonde, vaste, universelle, elle peut exercer sur lui une influence bienfaisante et d'une incalculable impor­tance. Elle peut participer à son éveil aux vérités suprêmes, à sa réalisation des plus hautes expériences. Son yoga peut être gouverné pendant longtemps par une Écriture ou plusieurs successivement — la Guîtâ, par exemple, les Oupanishads, le Véda, si sa voie est celle de la grande tradition hindoue. Il se peut aussi qu'une bonne partie de son développement utilise comme matériaux l'expérience variée des vérités de nombreuses Écritures et enrichisse ainsi l'avenir de tout ce que le passé a de meilleur. Mais en fin de compte, ou même dès le début s'il le peut, et toujours, c'est dans son âme qu'il doit prendre position et vivre, par-delà toutes les Vérités écrites — shabda­brahmâtivartaté —, par-delà tout ce qu'il a entendu et tout ce qu'il doit encore entendre — shrôtavyasya shroutasya cha. Car il n'est pas le sâdhak d'un livre, ni même de beaucoup de livres; il est le sâdhak de l'Infini.

Sri Aurobindo, LA SYNTHÈSE DES YOGAS I
"LES QUATRE AIDES"

ÉVOLUMIÈRE a dit…

LA SPIRITUALITÉ INTÉGRALE
•Une spiritualité intégrale n'exclut ni ne décourage aucune activité, aucune faculté humaine essentielle; au contraire, elle travaille à les élever toutes et à les faire sortir toutes de leur imperfection et de leur ignorance tâtonnante; elle les transforme par son toucher et en fait les instruments de la lumière, de la puissance et de la joie de l'être divin et de la nature divine.
Sri Aurobindo, Le Cycle Humain, extrait, chp. XIII, "Raison et Religion"

ÉVOLUMIÈRE a dit…


•Le Divin a pour nous trois aspects:

1. Il est le Moi et l'Esprit cosmique qui est dans et derrière toutes les choses et tous les êtres; tout dans l'univers est manifesté à partir de lui et en lui, même si cette manifestation se produit maintenant dans l'Ignorance.

2. Il est l'Esprit et le Maître de notre propre être en nous; nous devons le servir, nous devons apprendre à exprimer sa volonté dans tous nos mouvements, afin de pouvoir, par notre croissance, sortir de l'Ignorance pour entrer dans la Lumière.

3. Le Divin est Être et Esprit transcendant, tout béatitude et lumière,connaissance divine et pouvoir divin; nous devons nous élever vers cette suprême existence divine et sa Lumière, et en faire descendre progressivement la réalité dans notre conscience et notre vie.

Dans la nature ordinaire, nous vivons dans l'Ignorance et ne connaissons pas le Divin. Les forces de la nature ordinaire sont des forces non divines parce qu'elles tissent un voile d'ego, de désir et d'inconscience qui nous dissimule le Divin. Pour entrer dans la conscience plus haute et plus profonde qui connaît le Divin et vit lumineusement en lui, nous devons nous débarrasser des forces de la nature inférieure et nous ouvrir à l'action de la Shakti divine qui transformera notre conscience en celle de la Nature divine.

C'est de cette conception du Divin qu'il nous faut partir; la réalisation de sa vérité ne peut venir qu'avec l'ouverture de la conscience et sa transformation.
Sri Aurobindo, LETTRES SUR LE YOGA
"BUT DU YOGA INTÉGRAL"

ÉVOLUMIÈRE a dit…

Vous trouverez les articles complets de chacun des commentaires ci-dessu s'y référents dans le menu latéral:
•BUT DU YOGA INTÉGRAL
http://sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.fr/2012/07/documentation_11.html
•LE SADHAK DU YOGA INTÉGRAL
http://sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.fr/2010/10/le-sadhak-du-yoga-integral.html
•LA SPIRITUALITÉ INTÉGRALE
http://sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.fr/2013/08/la-spiritualite-integrale_17.html
•YOGA INTÉGRAL ET AUTRES SENTIERS
http://sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.fr/2009/03/yoga-integral-et-autres-sentiers.html

Et bien sûr la réponse à la question ce qu'il est entendu par "Yoga intégral", en lisant LA VIE DIVINE et LA SYNTHÈSE DES YOGA, I, II, III

Marie-Pascale Thirion-Tzannès a dit…

Merci infiniment! Je vais me plonger dans la lecture. J’apprécie particulièrement votre façon de répondre par des extraits des écrits de Sri Aurobindo lui-même.
Avec reconnaissance et gratitude,
Marie-Pascale Tzannes

ÉVOLUMIÈRE a dit…

En compléments cette Lettre peu connue mais fort complète:
•UNE LETTRE DE SRI AUROBINDO A SON JEUNE FRÈRE BARIN
http://sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.fr/2008/12/une-lettre-de-sri-aurobindo-son-jeune.html
------------------------------------------------------------------------------------
[Le Yoga Intégral]son principe fondamental est d'harmoniser et d'unifier la connaissance complète, les œuvres complètes et la bhakti [amour] complète, en les haussant au-dessus du mental et en leur donnant une perfection complète sur le plan supramental ou Vijnâna. Le défaut des anciens yogas était que, ayant la connaissance du mental et la connaissance de l'Esprit, ils se satisfaisaient de l'expérience de l'Esprit dans le mental. Mais le mental ne peut saisir que ce qui est divisé et partiel; il ne peut pas capter absolument l'infini, l'indivisible. Les moyens dont il dispose pour atteindre l'infini sont le Sannyâsa [renoncement], le Moksha [libération] et le Nirvana, et rien d'autre. En fait, n'importe qui peut parvenir au Moksha sans forme, mais quel est l'avantage ? Le Brahman, le Moi, Dieu, sont toujours là. Ce que Dieu veut dans l'homme, c'est s'incarner ici-bas dans l'individu et dans la collectivité, réaliser Dieu dans la vie.

ÉVOLUMIÈRE a dit…

ET bien sûr ce texte capitale de Srî Aurobindo « The Yoga and its object »
POUR ATTEINDRE LE BUT QUE CE PROPOSE NOTRE YOGA
http://sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.fr/2008/12/pour-atteindre-le-but-que-se-propose.html
--------------------------------------------------------------------------------------------------
— [Pour atteindre le but que se propose notre yoga] les pratiques du Hatha-Yoga et du Râja-Yoga ne suffisent pas ; même le Trimârga ne sera pas utile ; il nous faut aller plus haut et recourir à l’Adhyâtma-Yoga. Le principe de ce yoga est, en ce qui concerne la connaissance, réaliser que tout ce que nous voyons, et aussi ce que nous ne voyons pas mais dont nous avons conscience (hommes, objets, nous-même, les événements, les Dieux, les titans, les anges) sont un Brahman divin unique, et en ce qui concerne l'action et l'attitude, se donner totalement au Parâtpara Purusha, la personnalité transcendante, infi­nie et universelle qui est à la fois personnelle et imperson­nelle, finie et infinie, illimitable et se limitant elle-même, et qui informe de Son être non seulement les Dieux là-haut, mais aussi l'homme et le ver et la motte de terre.

ÉVOLUMIÈRE a dit…

Enfin, si vous avez la possibilité de lire Records of yoga (2 tomes en Anglais) vous plongerez dans le coeur du travail de Sri Aurobindo pas à pas au fil des ans et de ses découvertes.Quelques textes seront bientôt traduits ici sur SRI AUROBINDO - YOGA INTEGRAL

ÉVOLUMIÈRE a dit…

La perfection du yoga intégral viendra quand chaque homme sera capable de suivre son propre chemin de yoga et de travailler au développement de sa propre nature dans sa poussée vers ce qui transcende toute nature. Car la liberté est la loi finale et l'ultime accomplissement.
Sri Aurobindo, La synthèse des yogas

ÉVOLUMIÈRE a dit…

Parce qu'il accepte la vie, le chercheur du yoga intégral doit porter non seulement son propre fardeau, mais en même temps une grande partie du fardeau du monde, qui vient s'ajouter à sa charge déjà suffisamment lourde. Par suite, son yoga bien plus que les autres ressemble à une bataille ; et ce n'est pas seulement une bataille individuelle, c'est une guerre collective livrée sur un pays immense. Il ne suffit pas qu'il conquière en lui-même les forces égoïstes du mensonge et du désordre, il faut encore qu'il les vainque comme les représentants des mémés forces adverses inépuisables dans le monde. Ce caractère représentatif leur donne une capacité de résistance bien plus obstinée, un droit de récurrence presque sans fin. Souvent donc, le chercheur s'apercevra que même après avoir gagné avec persistance sa bataille personnelle, il devra la gagner encore et encore dans une guerre qui semble interminable, parce que son existence intérieure est déjà si élargie que non seulement elle contient son propre être avec ses expériences et ses besoins bien définis, mais qu'elle est solidaire aussi de l'être des autres ; car en lui-même il porte l'univers.
Sri Aurobindo, La synthèse des yogas

ÉVOLUMIÈRE a dit…

Le sens même d'un yoga intégral (cité par Satprem à ce propos dans "Sri Aurobindo où l'aventure de la conscience")

Les philosophies et les religions discutent de l'ordre de priorité des différents aspects de Dieu et certains yogis, rishis ou saints ont préféré telle philosophie ou telle religion à telle autre. Notre affaire n'est pas de discuter ces aspects, mais de les réaliser tous et de les devenir tous; nous n'avons pas à suivre une réalisation à l'exclusion des autres, mais à embrasser Dieu sous tous ses aspects et par-delà tout aspect.
Sri Aurobindo "The Hour of God"

ÉVOLUMIÈRE a dit…

Le livre (formidable) de Satprem SRI AUROBINDO OU L'AVENTURE DE LA CONSCIENCE est aussi une excellente piste de lecture.

"Nous allons retracer ici les étapes principales de ces changements de conscience, tels que Sri Aurobindo en a eu l'expérience et qu'il les a décrits à ses disciples dans son yoga intégral, jusqu'au moment où elles nous conduiront au seuil d'une expérience nouvelle, encore inconnue, qui, peut-être, aura le pouvoir de changer la vie."

"Nous verrons donc comment le yoga intégral débouche sur un yoga supramental,ou yoga de transformation terrestre, que nous tenterons d'esquisser—esquisser seulement, car l'histoire est en train de se faire, elle est toute neuve et difficultueuse, et nous ne savons pas encore très bien où elle nous mènera ni même si elle réussira."

ÉVOLUMIÈRE a dit…


"Pratiquement, le chercheur du yoga intégral sera beaucoup plus exposé que les autres (Sri Aurobindo disait souvent que son yoga est une bataille) parce qu'il veut tout englober dans sa conscience, sans rien retrancher, et qu'il n'y a pas seulement un passage à forcer, vers la béatitude du haut, pas seulement un gardien du trésor à vaincre, mais beaucoup de passages, à droite et à gauche et en bas, et à tous les niveaux de notre être, et plus d'un trésor à découvrir."

"Sri Aurobindo faisait donc une première constatation, fort importante, à savoir qu'une réalisation linéaire, en un point, ne suffit pas et qu'il faut une réalisation globale, en tous points, qui embrasse la totalité de l'individu : Si vous voulez transformer votre nature et votre être, dit la Mère, et si vous voulez participer à la création d'un monde nouveau, cette aspiration, cette pointe aiguë et linéaire ne suffit plus ; il faut tout englober et tout contenir dans sa conscience. D'où le yoga intégral ou "yoga plein",purna yoga. Nous avons voulu nous débarrasser de l'individu comme d'un poids encombrant qui nous empêchait de papillonner à l'aise dans les étendues spirituelles ou cosmiques, mais sans lui nous ne pouvons rien pour la terre, nous ne pouvons pas tirer en bas nos trésors d'en haut: Il y a quelque chose d'autre que l'éclatement pur et simple d'une illusoire coquille individuelle dans l'Infini. Et Sri Aurobindo nous amène à une première conclusion: Il se pourrait bien que l'étouffement de l'individu soit l'étouffement du dieu dans l'homme."
Satprem
SRI AUROBINDO OU L'AVENTURE DE LA CONSCIENCE

ÉVOLUMIÈRE a dit…

"On a souvent l'impression, sur la voie du yoga intégral, de s'être mis en route pour le meilleur et de découvrir le pire, d'avoir cherché la paix et la lumière, et de découvrir la guerre. En fait, c'est une bataille, il ne faut pas se le cacher. Tant que l'on nage avec le courant, on peut se croire bien gentil, bien propre, bien intentionné; dès que l'on renverse l'allure, tout résiste. On comprend alors tangiblement les énormes forces d'abrutissement qui pèsent sur les hommes — il faut avoir essayé d'en sortir pour voir.
Et quand le chercheur aura eu une première ouverture décisive sur le haut, qu'il aura vu la Lumière, il sentira presque simultanément un coup de boutoir en bas, comme si quelqu'un en lui avait mal; il saura alors ce que Sri Aurobindo entendait par cette obscurité blessée qui proteste contre la lumière.? Et il aura appris sa première leçon : on ne peut pas faire un pas en haut sans faire un pas en bas."

"Au lieu de prendre ces incurvations brutales comme une sorte de fatalité, le chercheur en fera la base de son travail. Ce double mouvement d'ascension et de descente constitue le processus fondamental du yoga intégral: A chaque hauteur conquise, nous devons revenir sur nos pas pour faire descendre l'illumination et le pouvoir nouveaux dans le mouvement mortel d'en bas, c'est à ce prix seulement que la vie se transforme, sinon nous restons à poétiser et à spiritualiser sur les sommets, tandis qu'en dessous la vieille vie cahote. Pratiquement, le mouvement de descente ne s'accomplit pas par une décision arbitraire du mental — moins il s'en mêle, mieux cela vaut et, d'ailleurs, on se demande bien comment le Mental pourrait "descendre", assis là derrière son petit bureau ?. .. C'est la conscience force, éveillée et individualisée en nous, qui fait tout le travail, spontanément. Dès que nous avons touché une certaine intensité de conscience ou de lumière, automatiquement elle exerce une pression sur le reste de la nature et fait jaillir les obscurités ou les résistances correspondantes."

Satprem
SRI AUROBINDO OU L'AVENTURE DE LA CONSCIENCE

ÉVOLUMIÈRE a dit…

"La progression du yoga intégral ne décrit pas une ligne droite qui va se perdre de plus en plus haut, sur une pointe de plus en plus ténue, mais une spirale, dit Sri Aurobindo, qui lentement, méthodiquement, annexe tous les niveaux de notre être dans une ouverture de plus en plus vaste et sur une base de plus en plus profonde. Et non seulement nous distinguerons une méthode derrière cette Force, ou cette Conscience-Force plutôt, mais des cycles réguliers et un rythme aussi certain que celui des marées et des lunes; plus on progresse, plus les cycles deviennent vastes, plus ils se relient à un mouvement cosmique, jusqu'au jour où nous pouvons percevoir dans nos propres descentes, les descentes périodiques de la conscience terrestre, et dans nos propres difficultés, tous les remous de la terre qui résiste et se révolte. Tout sera si intimement lié, finalement, que l'on pourra lire dans les plus petites choses, dans les plus infimes accidents de la vie quotidienne et des objets que l'on touche, le signe des dépressions plus vastes qui vont passer sur les hommes et les faire descendre, et monter, eux aussi, sur la même crête évolutive. Alors nous verrons que nous sommes infailliblement conduit vers un But, que tout a un sens, même les choses les plus minuscules — pas un détail ne bouge sans que tout bouge — et que nous sommes en route pour une aventure plus grande que nous ne l'avions pensé."

"Le yoga intégral ne peut pas rejeter les oeuvres de la Vie et se satisfaire seulement d'une expérience intérieure; il doit aller au-dedans afin de changer le dehors". C'est cet aspect "force" ou "pouvoir" de la conscience, que l'Inde a représenté sous le visage de la Mère éternelle. Sans la Conscience il n'y a pas de Force, et sans la Force il n'y a pas de création — Lui et Elle, deux en un, inséparables. "Tout ce vaste monde est seulement Lui et Elle."

Satprem
SRI AUROBINDO OU L'AVENTURE DE LA CONSCIENCE

ÉVOLUMIÈRE a dit…

Vous ne faites plus votre yoga pour vous seul, vous faites le yoga pour tout le monde, sans le vouloir, automatiquement. Et le chercheur vérifie in vivo le principe de l'unité substantielle du monde : si l'on se mêle de redresser une seule vibration en soi, ce sont des myriades de petites vibrations frères, ou soeurs, qui résistent à travers le monde. C'est ce que Sri Aurobindo appelle un "yoga pour la conscience terrestre".

Pendant six ans, sans interruption, jusqu'en 1920, Sri Aurobindo publiera d'une seule haleine la quasi totalité de son oeuvre écrite, près de cinq mille pages.
Mais il écrit d'une façon singulière; ce n'est pas un livre après l'autre, mais quatre et même six livres en même temps qu'il écrit, sur les sujets les plus divers, comme "La Vie Divine", son oeuvre "philosophique" fondamentale et sa vision spirituelle de l'évolution, "La Synthèse des Yoga", où il décrit les étapes et les expériences du yoga intégral en faisant le tour de toutes les disciplines yogiques, passées ou présentes, "Les Essais sur la Gita" et sa philosophie de l'action, "Le Secret du Véda" avec une étude sur les origines du langage, "L'Idéal de l'Unité Humaine", "Le Cycle Humain"qui envisagent l'évolution sous son aspect sociologique et psychologique, et les possibilités futures des sociétés humaines. Il avait trouvé "Le signe unique qui déchiffre tous les signes".
Jour après jour, paisiblement, Sri Aurobindo remplit ses pages; tout autre eut été exténué, mais il ne "pensait" pas à ce qu'il écrivait: Je n'ai pas fait d'effort pour écrire, explique-t-il à un disciple, j'ai laissé le Pouvoir supérieur travailler et, quand il ne travaillait pas, je ne m'efforçais pas du tout. Autrefois, dans les vieux jours de l'intellect, j'essayais bien, parfois, de forcer les choses, mais pas depuis gue j'ai commencé à faire de la poésie et de la prose par le yoga. Je vous rappelle que quand j'écrivais l'Arya et aussi chaque fois que j'écris ces lettres ou ces réponses, je ne pense pas. C'est dans le silence mental que j'écris, et ce que j'écris me vient d'en haut, tout formé. (Propos de Sri Aurobindo cité par Dilip Kumar Roy)

Satprem
SRI AUROBINDO OU L'AVENTURE DE LA CONSCIENCE

ÉVOLUMIÈRE a dit…

La connaissance ultime est celle qui perçoit et accepte Dieu dans l'univers autant que Dieu par-delà l'univers, et le yoga intégral celui qui, ayant trouvé le Transcendant, peut revenir dans l'univers et posséder l'univers, gardant à volonté le pouvoir de descendre autant que de monter la grande échelle de l'existence.
Sri Aurobindo, La Synthèse des Yogas

ÉVOLUMIÈRE a dit…

Préface de SRI AUROBINDO OU L'AVENTURE DE LA CONSCIENCE, édition de 1963 (première édition)

Sri Aurobindo estime que le Yoga est l'art de la découverte consciente de soi.
« Je deviens ce que je vois en moi-même. Tout ce que la pensée me suggère, Je peux le faire ; tout ce que la pensée me « révèle, Je peux le devenir. Telle devrait être l'inébranlable foi de l'homme en lui-même car Dieu habite en lui. »

Il y a en Sri Aurobindo un philosophe, un poète, un visionnaire de l'évolution ; il est non seulement l'explorateur de la conscience, mais le bâtisseur d'un monde nouveau. C'est le yoga ou plutôt ces yogas — essentiels pour tous les hommes — en même temps que la vie terrestre de Sri Aurobindo, qui est en elle-même une magnifique aventure, que Satprem nous décrit dans ce livre qui ne peut laisser personne indifférent.
L'Auteur qui a pris un nom hindou est Français. Né en 1923, il a fait l'expérience des camps de concentration puisqu'il fut déporté à Buchenwald. Après la guerre, il est Attaché à l'Administration de Pondichéry.
En 1949, il démissionne et se lance dans une autre sorte d'aventures en Guyane, au Brésil, en Afrique Noire. Mais en 1953 il est retenu définitivement aux Indes où il vit dans cet Ashram de Sri Aurobindo, à Pondichéry, qu'un récent écrivain de « Cinq Colonnes à la Une • décrivait comme un des miracles et un des « phares • du monde actuel.


QUI ÉTAIT SATPREM?
http://sriaurobindodisciples.blogspot.fr/search/label/Satprem

VISITES


Membres

Pour recevoir les publications vous pouvez devenir membre (ci-dessus) ou vous abonner en cliquant sur le lien:
S'abonner à SRI AUROBINDO - YOGA INTÉGRAL